La politique, une télé-réalité

Politique/Économique, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Ma blonde et moi étions allé à l’Hôtel Rimouski pour aller souper, et prendre un petit verre au bar adjacent avant le repas.  L’hôte nous a gentiment prévenu qu’il y avait au bar un rassemblement de libéraux et nous demandait si cela nous dérangeait.  Stéphane Dion était juste à l’étage supérieure de l’hôtel et s’apprêtait à donner une entrevue à la SRC.  Le timing parfait quoi!

Ma blonde et moi discutions de tout et de rien.   Le barman changea de poste à la télévision pour diffuser l’entrevue qui débutait.  C’était le silence dans la salle, tous écoutaient parler Stéphane.  Ça nous faisait rire…  Comme nous nous sentions pas vraiment concernés par ce cirque, nous avons vite repris la conversation.  Un changement de sujet s’imposait évidemment, et nous avons commencé à parler politique, et à rire un peu du discours de Stéphane.  Ne prenant pas au sérieux ce qui se passait, nous nous disions que tous les partis politiques font à peu près la même chose, c-a-d, tenter de séduire l’électorat.  Par contraste, c’était vraiment comique  de voir combien les sympathisants libéraux, eux, prenaient au sérieux chaque mots, chaque phrases qui sortait de la bouche de Stéphane.  On aurait dit quasiment une gang de chum pendant une game de hockey : “HOOO….. ça c’est bien dit!”, etc.  Cela alimentait nos propres commentaires et justifiait notre propos.  Ma blonde lâchait quelques commentaires à haute voix en riant, et je lui disais : “chut chut pas trop fort” !,  en riant tout autan.  J’avais peur d’attirer le trouble, mais en même temps, j’approuvais ce qu’elle disait.  Entre autres, nous nous sommes fait plaisir à nous rappeler le coup d’état que Stéphane avait organisé et de la vidéo amateur de sa déclaration…. mémorable!

Après il a descendu en bas pour rejoindre la gang au bar.   Nous nous sommes à peine retournés pour le voir arriver.  Par contre, ses disciples l’ont accueillis en véritable héros, le MVP de la soirée !  Tous allaient lui serrer la main pour tenter de lui parler, et en même temps, Stéphane faisait le tour du bar pour assurer une couverture maximale à son influence.  Une foule déjà convaincue, sertes, une petite soirée facile pour lui.  Je dirais même…. je ne sais pas si c’est par snobisme, par peur ou par esprit de groupe, mais nous avons reconnus une personne dans l’attroupement, et cette dernière ne nous a même pas dit bonjour!  Les fidèles avaient-ils tous été charmés de la sorte ?

Toujours est-il que notre couple faisait bande à part dans l’établissement… à un moment, nous avons sentis la proximité avec la personnalité publique.   Normalement, je me serais retourné pour dire bonjour et engager la conversation (j’ai un côté groupie assez fort!).    Mais là, comme s’était un libéral, je me suis dit, non merci !

Aussitôt le bain de foule terminé, Stéphane disparu de la salle, entraînant avec lui ses militants.  Nous avions aussi fini notre verre, alors c’était le temps d’aller souper…

Plus tard dans la soirée, toujours pendant notre souper, je me posai la question et la posa ensuite à la serveuse :”Est-ce que Stéphane est reparti déjà?  Ne veut-il pas descendre au restaurant pour souper ?”.  L’hôtesse de me répondre: “Stéphane prend son repas dans un salon privé au deuxième avec quelques militants”.

“Ah! “, disais-je à ma blonde d’un ton sarcastique, “un vrai gars du peuple! Un vrai politicien transparent qui tente de limiter ses dépenses et de maximiser ses contacts avec le vrai monde :-)”.  Inspiré par la Commission Charbonneau, je me suis dit : “ils doit sûrement prendre le repas avec quelques entrepreneurs locaux!”

Le Movember est là!

Société, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Cette année, j’ai décidé d’embarquer dans l’aventure du Movember pour supporter la cause de la santé masculine, et plus particulièrement le cancer de la prostate.  Les hommes sont souvent orgueilleux et ne révèlent pas leur bobos la plus part du temps.  ça doit venir de nos gènes, je suppose…

Cette initiative pour les hommes permet de changer les choses en faisant une campagne sérieuse et en même temps très ludique.  Perso, j’ai toujours voulu savoir ce que j’avais l’air avec une moustache ;-)

Je vous encourage donc à faire des dons généreux pour cette cause masculine qui me tient à coeur!

Faites un don maintenant !

 

Apprendre le vélo, comment réussir ? voici notre expérience

Benjamin, Édouard, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Comme la plupart des enfants Édouard avait un vélo avec des petites roulettes de stabilité.  C’est certain que ces roulettes permettent à l’enfant d’apprendre à se tenir sur le vélo, à pédaler et tourner le volant, freiner, etc.  Par contre, la lacune de  ces roulettes, c’est qu’elles ne permettent pas à l’enfant d’apprendre à se tenir en équilibre.

Nous l’avons constaté, lorsque nous avons tenté de relever les roulettes.  Édouard n’était pas en mesure de se tenir.   Soudainement sorti de sa zone de confort, il commençait à ne plus aimer le vélo.  C’est bien certain, Édouard n’aime pas tomber et n’aime pas “l’échec”, c’est dans son caractère.

Au début de l’été, nous nous étions fixés un but : celui qu’Édouard apprenne le vélo avant de commencer l’école en septembre.  Ayant constaté les difficultés à enlever les roulettes, nous commencions à douter ma conjointe et moi.  Le problème avec cette approche, c’est que l’enfant doit inévitablement tomber à plusieurs reprises afin d’apprendre à se tenir en équilibre.  Normal direz-vous ?  attendez de voir la suite…  Pour nous, ça posait un énorme problème dû au fait que notre garçon ne voulait plus faire de vélo…  Plutôt décourageant.

Une nouvelle approche devait être utilisé.

Quelques mois auparavant, j’avais vu un produit qui avait attiré ma curiosité.  Un vélo d’équilibre (trotteur, ou encore balance bike).  C’est un vélo spécial, conçu sans pédalier.  L’enfant s’assoit comme sur un vélo ordinaire, mais au lieu de pédaler, il se “traîne” avec la force de ses jambes.  Certains modèles ont un repose-pieds.  Cette approche a refait surface dans mon esprit, et nous avons décidé de l’essayer avec Édouard.

Acheter un vélo spécialement pour cela? le choix est le vôtre.  Pour ma part, j’ai décidé d’enlever les roulettes et le pédalier de son vélo conventionnel.  J’ai dû sortir mes talents de patenteux cachés au plus profond de moi pour démancher le pédalier et cacher la chaîne.  Riez, vous avez le droit ;-)  Je ne suis pas mécano pour deux cennes, pourtant j’ai réussi.

Une révélation

Hé bien, aussi tôt qu’Édouard a essayé sont “nouveau” vélo, pas de pédales, pas de roulettes, non seulement il a pris plaisir à avancer, mais il a appris à se tenir en équilibre, et ce en l’espace de quelques heures !! (après 30 minutes ont a vu une différence…)

Le fait d’avoir ses pieds de chaque côté est vraiment réconfortant pour l’enfant.  Il progresse donc à son rythme.

Je vous le dis, comme je suis là, qu’Édouard a fait des progrès incroyables!  En l’espace de deux  semaines, à raison d’une sortie de temps à autre, rien d’intensif, Édouard a maitrisé son équilibre.  Nous voyions enfin la lumière au bout du tunnel.

Une transition douce

Hier, j’ai remis le pédalier… tant bien que mal ;-)  Et tenez-vous bien, Édouard est parti en vélo et a roulé un bon kilomètre sans tomber !  La transition a été des plus faciles !  Il est parti de lui-même, sans aucune intervention de ma part, à part lui dire :”ok, tu peux pédaler”, et voilà !

Du premier coup, comme Édouard aime le faire ;-)

Cette technique a tellement bien fonctionné que nous avons acheté un balance bike pour son petit frère de 4 ans (le vélo choisi est convertible en vélo ordinaire, protégeant notre investissement).

Mon nouveau but est maintenant que les deux enfants apprennent à faire du vélo cet été, et je suis confiant qu’on va réussir !

 

Une histoire d’accessibilité, signé Édouard

Édouard, écrit par Ralphy No Comments »

Je vais vous mettre en contexte, car j’ai trouvé la phrase d’Édouard pas mal belle hier, alors qu’il dessinait…

Édouard adore les petites auto (comme la plupart des petits gars de 4 1/2 ans), et quand il joue, ça m’arrive de lui dessiner des chemins sur du grand papier à Scrapbooking.  L’autre fois, je lui ai dessiné un magasin vu du dessus avec son stationnement.  Il a adoré, et on a répété l’expérience quelques fois.  Je lui dessine aussi les stationnements pour les personnes en fauteuil roulant et pour les jeunes familles.

De là, il a appris à dessiner des bonshommes en fauteuil roulant…

Hier soir, on soupait “tranquillement” moi et ma conjointe, et pour calmer les ardeurs d’Édouard qui avait fini de souper et qui ne savait plus à quel Saint se vouer, on l’a installé à la table de la cuisine et il m’a demandé de lui faire une piste de course… ce que j’ai fait…  (pendant que son frère était pluggé sur la télé…)

Alors, il se met à me poser des questions pour ajouter des détails au dessin…

  • Elle est où la ligne de départ ?  Alors, je lui dessine une ligne de départ avec un drapeau à damier
  • Elle est où la ligne d’arrivée? Je lui dit que c’est la même ligne…
  • Elles sont où les marches pour les gagnants?  Je lui dessine un podium
  • Il est où le garage ?  Alors je lui dessine un puits de ravitaillement avec des paddocks

Là, je lui dit : “Bon Édouard, pourrais-tu continuer toi-même ta piste pendant que papa mange ??”.  Édouard, dit: “bon, ok” un peu déçu.

Il dit:”Je vais dessiner des spectateurs!”,  je lui dit:”c’est bien beau”.  Il commence par dessiner un bonhomme en chaise roulante.  Ensuite, il dessine trois quatre bonshommes debout… jusque là tout va bien…

Après un certain temps de silence, Édouard nous demande à propos du monsieur en fauteuil roulant:”Mais comment il a fait pour se rendre si y peut pas monter les estrades? ”

Quel enfant!  J’ai trouvé ça tellement beau, que j’ai dessiné une rampe d’accès à ses estrades !  On l’a bien sûr félicité d’avoir pensé à cela !

 

Paroles d’enfants!

Édouard, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

C’est drôle ce que les enfants peuvent nous sortir comme expressions… Tout à l’heure, on soupait avec belle-maman, et mon p’tit gars a soudainement une envie d’aller aux toilettes.  Comme à son habitude, il ne remet pas ses bobettes et se promène en t-shirt dans la maison.  Je lui dit:”Tiens, tu te promènes tout nu?  on peut voir ta grappe de raisins”.  Je compare souvent ses parties à une grappe de raisins, pour rire bien sûr.  Là, sa grand-maman lui dit:”Ben oui, on voit ta grappe de raisins”.  Le p’tit répond:” Hé, tu peux en manger un si tu veux!” tout en relevant son chandail.   On a bien rit!

Le grand jour est arrivé

Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Aujourd’hui, nous allons prendre possession de notre première demeure.  Une superbe maison en colombage, tout ce qu’il y a de plus chaleureux.

Nous allons commencer à déménager aujourd’hui, mais le gros du déménagement se fera demain, alors qu’un déménageur prendra en charge nos effets personnels. Si ça se passe bien, je lui ferai une bonne pub ;-)

Qui dit déménagement, dit changement d’adresse, alors nous allons passer en revu tous nos contacts et leur signaler notre changement d’adresse.

Nous avons préparé les enfants à cet événement.  Le plus vieux a maintenant hâte de déménager.

Nous allons aussi faire attention aux chattes, car elles devront s’acclimater à leur nouvelle demeure. (on a manqué perdre Jasmine hier, on a eu toute une frousse!)

Une promotion, enfin!

Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Voilà!  j’ai obtenu une promotion aujourd’hui,  j’en suis très fier.  On dit souvent que les efforts mènent habituellement au résultat.  Plus que de faire un effort, il faut d’abord prendre la décision de provoquer un changement.  Ensuite, il ne faut pas lâcher et surtout, ne pas se laisser décourager par les échecs de parcours.

C’était ma quatrième tentative d’obtenir une promotion, et c’est arrivé.  Je me disais que tôt ou tard, j’allais atteindre ce but.  Chaque tentative me menant plus près du but.

Je ne pourrais cependant laisser sous silence l’aide et l’encouragement de ma conjointe qui m’a supporté et qui a fait des heures supplémentaires pour me permettre d’étudier dans mes affaires et de mieux me préparer pour ce changement.  Chérie, je t’aime!!

Pour mes collègues (et bientôt ex-collègues immédiats), j’aimerais vous dire que j’ai apprécié chaque moment passé en votre compagnie.  Bien plus que des collègues, vous êtes devenus mes amis!  Je crois sincèrement que je ne virai jamais plus un esprit d’équipe et de camaraderie aussi fort, tel que celui-ci.

Nous aurons l’occasion de nous voir puisque mon nouvel emplacement ne sera pas bien loin de l’actuel et que nous aurons probablement des projets en commun.  Comme dirait l’autre, lâchez pas!  Surtout, le message que j’aimerais lancer est que mon départ est le fruit de plusieurs démarches qui n’ont pas de lien direct avec tout ce qui se passe à l’interne, bon ou mauvais.  C’est une démarche personnelle de développement de carrière qui serait survenue peu importe la situation du groupe.

Souhaitons-nous le meilleur qui puisse arriver!