Transport en commun à Rimouski: Y-a-t’il quelqu’un qui compte les voitures?

Environnement, Régional, écrit par Ralphy No Comments »

Depuis son instauration à Rimouski, le système de transport en commun fait beaucoup de mécontents, et pour cause…  Les trajets sont mal fait, la coordination avec taxi-bus est déficiente, bref, beaucoup de bonnes raisons de garder sa voiture.

Justement, le transport en commun est supposé être un moyen de diminuer le nombre d’automobiles “polluantes” dans les rues, afin de diminuer l’empreinte écologique.  Sachant que la densité de population ne justifie pas le transport en commun, il fallait bien trouver une raison pour plaire à l’électorat rimouskoise.

Afin de savoir si l’on diminue effectivement le nombre d’automobiles en circulation, il faut les compter n’est-ce pas?  Il faut savoir combien il y en avait dans le passé, combien au présent, et se fixer une cible pour l’avenir.  La cible de diminution devrait ensuite être convertie en unité de mesure “écologique” et de là on connaîtrait notre bilan environnemental.

Or, je n’ai entendu personne me parler de comment on fait pour évaluer le nombre de véhicules qui transitent dans Rimouski, pas de cible à atteindre…  On se contente de dire : “un autobus équivaut à 20 voitures, multiplié par le nombre d’autobus, ça fait xx diminution des gaz à effet de serre”.

Quelle aberration!  Si le nombre de voitures ne diminue pas sensiblement, alors notre solution écologique se transforme plutôt en cauchemar, puisqu’on ne fait qu’ajouter des autobus polluantes sur les routes.  Et j’ai bien l’impression que c’est ce qui se passe…

Des personnes qui marchaient ou co-voituraient prennent maintenant l’autobus… wow!  Combien de gens ont abandonné leur voiture?  Je n’en connais pas beaucoup.

Une question toute simple pourtant: qui compte les voitures à Rimouski?

Ma suggestion pour le “bouchon” Sacré-Coeur Rimouski

Environnement, Régional, écrit par Ralphy No Comments »

Hé oui, même si Rimouski est une petite ville, elle a quand même un problème de circulation.  Bien entendu, on ne parle pas des bouchons de Montréal.  De même que Montréal peut paraître bien petit aux vues d’habitants de villes plus populeuses.

Quand je parle d’un bouchon à Rimouski, je parle de la mauvaise configuration des routes qui fait qu’on peut perdre environ 5 à 10 minutes sur un trajet normal.  (vous pouvez pouffer de rire ici).  En cas d’accidents, ce qui arrive assez souvent, le temps d’attente sera plus long.

Entre le district de Sacré-Coeur et Rimouski, il y a le pont de la rivière Rimouski.  C’est là une voie forcée, ou le seul contournement possible serait de prendre la 20, ce qui constitue un détour fort appréciable, surtout en direction ouest-est.

Cela fait un peu penser au Lion’s Gate bridge à Vancouver.  Il sépare le centre-ville de Vancouver Nord, et en plus, les voies sont limitées.

J’entends déjà les tenants du transport en commun prôner l’ajout d’autobus.  Mais un bus dans un bouchon, ça pollue pas mal plus qu’un trafic fluide… En tout cas, c’est ma position…

Alors, sans plus de préambules voici ma suggestion  (mes repères sont d’ouest en est  (de Sacré-Coeur vers Rimouski):

Environ à partir des deux stations d’essence qui sont face à face (juste après le croche avant le McDo), jusqu’à après le pont de la rivière Rimouski, on pourrait mettre en force une voie de circulation alternante.  Comme l’on voit souvent sur les ponts des grandes villes.  Le matin on aurait trois voies au lieu de deux en allant vers Rimouski.  Le midi, ça serait 2 voies partout, et le soir, ça serait trois voies de Rimouski vers Sacré-Coeur.

Cette façon de faire, d’après moi ne couterait pas trop cher à implanter.  Ajouter les feux de circulation, déplacer des lampadaires, enlever des terres-pleins, ré-asphalter, éduquer la population…  On n’aurait pas besoin d’élargir les voies comme tel, tout en augmentant sa capacité.  Si elle fonctionnait, cette façon de faire n’engendrerait pas de déficits annuels, comme on peut supposer qu’un service de transport en commun engendrerait…

Est-ce que cela ne ferait que déplacer le bouchon ailleurs?  Je n’en suis pas sûr, mais j’aimerais savoir quelles sont les études qui ont été faites à ce propos.  À mon sens, comme beaucoup de gens tournent après le pont vers le boulevard de la Rivière, je pense que le trafic serait assez bien partagé, et fluide par la suite.

Pour vendre cette salade aux écolos, on pourrait même dire qu’une des trois voies pourrait être un voie de “car pooling (covoiturage) et Bus”, si jamais on ajoutais des autobus…

En tout cas, dites-moi ce que vous en pensez, j’aimerais avoir votre idée là-dessus, et aussi vos autres suggestions ;-)

La ferme du professeur Tournesol

Régional, écrit par Ralphy No Comments »

Vous cherchez une activité à faire seul ou en famille, pas trop longue et originale ?  Allez faire un tour à la ferme du professeur Tournesol (voir leur site web au http://www.professeurtournesol.webs.com/).  C’est à St-Fabien, tout près de Rimouski.

L’activité principale est une visite de leur culture de tournesol, mais attention, c’est assez original.  On vous propose de traverser un labyrinthe conçu à même la plantation!  Vous pouvez donc explorer tout en vous amusant.  Il n’y a pas de danger de se perdre, on voit la ferme en tout temps.

Voici comment ça se passe.  À votre arrivé à la ferme, une gentille madame vous accueil et vous propose de faire la visite.  Vous acheter des laissez-passer.  L’on vous conduit en tracteur jusqu’au début du labyrinthe.  Ensuite, le monsieur qui conduit le tracteur vous donne un dernier conseil et hop c’est partie!

Une fois le labyrinthe franchi, la madame vous attends pour vous faire visiter leurs installations et en apprendre plus sur la culture du tournesol.  Très intéressant.

Finalement, de retour au poste d’accueil, des produits locaux sont offerts: miel de trèfle, plants de tournesol, cartes de souhait, etc.  Vous êtes invités à acheter un petit quelque chose, libre à vous.  Nous avons acheté du miel, que nous avons bien hâte de goûter d’ailleurs.

En tout, une visite d’environ une demie-heure trois quart d’heure que nous avons trouvé très originale, instructive et amusante à la fois.  C’est à voir!

Les cyclistes sur les voies rapides

Les fils se touchent, Régional, Société, écrit par Ralphy No Comments »

L’été est déjà bien installée: la température est agréable, les vacances s’en viennent, tout le monde fait plein d’activités dehors, bref les gens sortent de leur torpeur hivernale.

Un phénomène cependant me dérange, car il met en danger les gens qui y prennent part.  Il s’agit des cyclistes qui utilisent les voies rapides, par exemple les boulevards achalandés, comme des pistes cyclables.

À chaque fois que je dépasse un cycliste sur le boulevard, je dois me tasser vers la gauche, laissant moins de place à l’automobiliste à côté de moi.  Je dois surveiller les cyclistes, qui avouons-le ne sont pas tous des experts, et souvent ils zigzaguent lorsqu’ils regardent dans leur rétroviseur.  Souvent aussi, il ne respectent pas les règlement de la sécurité routière, pourtant ces lois s’appliquent à eux aussi.

En somme, ça me met en maudit.  Qu’est-ce que vous faites là?  Allez-donc dans les vraies pistes cyclables.  Elles sont belles, aménagées et entretenues spécialement pour vous.  Vous n’avez pas d’affaires à longer les boulevards où la circulation est rapide et dense.

Après cela, les organismes comme Rimouski ville cyclable ont de la misère à justifier l’ajout de nouvelles pistes cyclables, car de toute façon, il y toujours des zinzins qui roulent là où ils ne devraient pas.  On se dit, à quoi bon payer des pistes pour eux, ils ne s’en servent même pas !

À chacun sa voie s.v.p.

Les colons sur la banquise

Les fils se touchent, Régional, écrit par Ralphy No Comments »

À Rimouski, on a eu du temps doux, et le fleuve a dégelé.  Malgré cela, des gens prennent encore le risque d’aller sur la banquise pour pêcher les petits poissons.  Non mais, comment appeler cela autrement que par le terme “colons” ?  Il n’y a que le mot “colon” qui capture la stupidité, l’insouciance, et le non respect des règles (car une barrière de sécurité a été érigée!).

À ma connaissance, les services d’urgence en ont repêché à deux occasions!  Pour ma part, je leur enverrai la facture!  La première fois, le branle-bas de combat a causé la fermeture d’une voie dans le boulevard aux cinq noms.  La deuxième fois, je ne sais pas, mais je crois que c’était les mêmes personnes.

Est-ce que cette activité vaut vraiment que l’on risque sa vie pour y participer ?  Ces personnes téméraires n’y ont certainement pas songé.  Ne pensant qu’à faire leurs fanfarons, ils bravent les éléments, se pensant invincibles ou quelque chose du genre.

C’est bien beau de prendre des risques, et si c’est gens se retrouvent en fâcheuses positions, c’est bien leurs problèmes.  Mais non! La société paie encore pour sauver leur vie, et c’est précisément cela qui me choque.  Laissez-les donc caler au fond!

Amende honorable

Régional, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

On entend souvent  ce terme dans les parties de hockey, mais ici je vais l’associer au FestiJazz de Rimouski.  Après avoir publié l’heure d’un spectacle à 21h00, nous avions prévue notre soirée en conséquence:  Souper au restaurant sans pression, pour donner libre cours aux discussions entourant nos projets d’avenir et nos rêves.

Mais voilà qu’à 20h30, l’on reçoit un coup de téléphone: ” Vous êtes attendus au spectacle de monsieur chose qui est à 20h00″.  Bon sang!  Nous sommes en retard, comment une telle erreur a pu se produire!  Vite, nous terminons notre repas (on a laissé le dessert à moité consommé et le café a été abandonné sur la table, à peine servi), et nous nous empressons d’aller à la salle de spectacle où se déroule le concert.

Après avoir passé des contrôles de sécurité aussi ridicules que révélateurs de la perfectible organisation, nous avons pu rejoindre la billetrie.  Tout de suite, nous avons été identifés comme étant les personnes en retard à notre spectacle.  Ayant mijoté notre réponse sur notre chemin, nous étions prêts.  Ma conjointe s’empressa de dire:” Le spectacle était affiché à 21h00, et non à 20h00!!”.  La dame de dépondre:”oui, on le sait, je ne sais pas pourquoi ils ont affichés les mauvaises heures…”.   À cela nous avons rétorqué:”Y-a-til moyen de s’entendre, nous avons déjà passé la moité du spectacle, peut-être un rabais de 50% ?”.  La dame à la billeterie de répondre:”Non, nous ne pouvons pas faire cela.”

Dans ces conditions, nous avons demandé un remboursement de nos billets, après tout, notre soirée était pratiquement gâchée: souper interrompu, et spectacle déjà commencé.  On nous a donc remboursé.

La dame à la billeterie, sentant notre colère et notre frustration, nous a offert de garder les billets.  “Vous pouvez garder les billets et vous assoir en arrière, il reste de la place”.  “D’accord”, ai-je dis, et nous avons pris les billets pour assister à ce qui restait du spectacle.  (Spectacle qui entre parenthèse était “forgettable” pour le mettre dans le jargon du Simon Cowell).

Au moins, l’organisation admettait son erreur et nous faisait “amende honorable” en nous donnant les billets. C’est ok. 

Franchement, on n’aurait pas payé plein pris pour ce spectacle… Il était bon, mais pas extraordinaire…  Le pianiste, très talentueux en passant, avait l’air tantôt de Schroeder dans Snoopy, et tantôt d’un plachiste en pleine descente maladroite (il se levait souvent de son siège).  Pour ma part, il n’a pas non plus laissé assez de place à son drummer, qui a paru se retenir tout le long du spectacle…  Côté positif, il tente d’innover en faisant sortir les harmoniques de ses cordes de piano, s’accompagne au xylophone en certaines occasions, et mute ses cordes dans une toune pour donner un autre son à son piano.  Les pièces ont l’air d’être des “cover”, mais sans vraiment que l’on puisse les reconnaître.  Souvent, on se sent perdu et on attend la fin de la pièce…

En sortant, nous avons encore été contrôlé par la sécurité qui ne voulais pas que l’on entre à nouveau dans la salle pour aller aux toilettes.  Ah, que de mésaventures!

Long congé

Régional, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Le long congé de la fête du travail approche.  À Rimouski, c’est le FestiJazz. La ville vibrera au son de la musique.  Je me suis laissé dire que cette année, le festival sera très populaire.  On pourra y voir entre autres les Lost Fingers, DJ Champion et bien d’autres.

C’est aussi pour moi l’occasion de retrouver mes ex-camarades de cégep; des personnes avec qui j’ai fait mon DEC au Cégep de Matane.  Personnellement, ces trois années ont été les plus belles au niveau académique.  Nous étions une belle gang, un groupe qui se tenait.  Je ne crois pas revivre cela un jour.  Maintenant, chacun fait sa vie, mais nous gardons contact.  J’ai bien hâte d’avoir des nouvelles de mes amis(amies) du Cégep.  En tout cas, moi j’aurai beaucoup de nouveau à leur raconter.  Depuis notre dernier souper, il y a cinq ans, ma vie a beaucoup changée.  Attendez-voir… Il y a cinq ans, j’étais un célibataire endurci et je vivais dans un 4 et demie.  Je crois que les deux seules choses qui n’ont pas changé sont ma voiture et mon travail.  J’ai hâte de voir leur face quand il vont apprendre…

Finalement, cette fin de semaine est marquée par la visite de ma belle famille étendue.  Nous allons les recevoir à souper et faire d’autres activités de plein air.

Je vous souhaite un bon congé de la fête du travail, et on se revoit mardi ;-)