Apprendre le vélo, comment réussir ? voici notre expérience

Benjamin, Édouard, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Comme la plupart des enfants Édouard avait un vélo avec des petites roulettes de stabilité.  C’est certain que ces roulettes permettent à l’enfant d’apprendre à se tenir sur le vélo, à pédaler et tourner le volant, freiner, etc.  Par contre, la lacune de  ces roulettes, c’est qu’elles ne permettent pas à l’enfant d’apprendre à se tenir en équilibre.

Nous l’avons constaté, lorsque nous avons tenté de relever les roulettes.  Édouard n’était pas en mesure de se tenir.   Soudainement sorti de sa zone de confort, il commençait à ne plus aimer le vélo.  C’est bien certain, Édouard n’aime pas tomber et n’aime pas “l’échec”, c’est dans son caractère.

Au début de l’été, nous nous étions fixés un but : celui qu’Édouard apprenne le vélo avant de commencer l’école en septembre.  Ayant constaté les difficultés à enlever les roulettes, nous commencions à douter ma conjointe et moi.  Le problème avec cette approche, c’est que l’enfant doit inévitablement tomber à plusieurs reprises afin d’apprendre à se tenir en équilibre.  Normal direz-vous ?  attendez de voir la suite…  Pour nous, ça posait un énorme problème dû au fait que notre garçon ne voulait plus faire de vélo…  Plutôt décourageant.

Une nouvelle approche devait être utilisé.

Quelques mois auparavant, j’avais vu un produit qui avait attiré ma curiosité.  Un vélo d’équilibre (trotteur, ou encore balance bike).  C’est un vélo spécial, conçu sans pédalier.  L’enfant s’assoit comme sur un vélo ordinaire, mais au lieu de pédaler, il se “traîne” avec la force de ses jambes.  Certains modèles ont un repose-pieds.  Cette approche a refait surface dans mon esprit, et nous avons décidé de l’essayer avec Édouard.

Acheter un vélo spécialement pour cela? le choix est le vôtre.  Pour ma part, j’ai décidé d’enlever les roulettes et le pédalier de son vélo conventionnel.  J’ai dû sortir mes talents de patenteux cachés au plus profond de moi pour démancher le pédalier et cacher la chaîne.  Riez, vous avez le droit ;-)  Je ne suis pas mécano pour deux cennes, pourtant j’ai réussi.

Une révélation

Hé bien, aussi tôt qu’Édouard a essayé sont “nouveau” vélo, pas de pédales, pas de roulettes, non seulement il a pris plaisir à avancer, mais il a appris à se tenir en équilibre, et ce en l’espace de quelques heures !! (après 30 minutes ont a vu une différence…)

Le fait d’avoir ses pieds de chaque côté est vraiment réconfortant pour l’enfant.  Il progresse donc à son rythme.

Je vous le dis, comme je suis là, qu’Édouard a fait des progrès incroyables!  En l’espace de deux  semaines, à raison d’une sortie de temps à autre, rien d’intensif, Édouard a maitrisé son équilibre.  Nous voyions enfin la lumière au bout du tunnel.

Une transition douce

Hier, j’ai remis le pédalier… tant bien que mal ;-)  Et tenez-vous bien, Édouard est parti en vélo et a roulé un bon kilomètre sans tomber !  La transition a été des plus faciles !  Il est parti de lui-même, sans aucune intervention de ma part, à part lui dire :”ok, tu peux pédaler”, et voilà !

Du premier coup, comme Édouard aime le faire ;-)

Cette technique a tellement bien fonctionné que nous avons acheté un balance bike pour son petit frère de 4 ans (le vélo choisi est convertible en vélo ordinaire, protégeant notre investissement).

Mon nouveau but est maintenant que les deux enfants apprennent à faire du vélo cet été, et je suis confiant qu’on va réussir !

 

Apprendre à parler

Benjamin, Édouard, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Ce matin, je me lève pour aller chercher Benjamin (le plus jeune de 19 mois) dans sa chambre, car il est réveillé.  Comme à l’habitude, je prépare son lait du matin.  J’en profite pour allumer la Télé pour mettre des petits bonhommes.

En voyant l’émission “Caillou”, Benjamin dit : “Ca ca”.  Je lui dis “Oui, c’est ça, “Caillou”! “.

Édouard, lui, plus vieux (3 ans), dit d’autres affaires comiques.  Il parle très bien, mais est encore à maitriser les sons plus complexes comme “pr”.  Alors, losrqu’il veut qu’on le prenne dans nos bras il dit:” Papa, peux-tu me pendre?”  au lieu de “prendre”.  Ça me fait rire à chaque fois!

Voilà, c’est fait!

Benjamin, Édouard, Société, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Aujourd’hui nous sommes allés faire vacciner nos enfants contre la grippe A(H1N1).  Je dois vous dire que nous ressentons maintenant un grand soulagement.  Tant d’incertitudes et d’appréhensions !  Nous avions vu dans les médias comment les autres villes y passait, et combien le virus s’était approché de notre entourage.  Cela alimentait notre sentiment d’urgence.  Les dates de vaccinations étaient devancées, alors nous devions sauter sur l’occasion.

Notre plan était de ne pas faire attendre nos enfants dehors.  La journée était ensoleillée, mais très venteuse.  Alors, je me suis porté volontaire pour faire le pied de grue un peu avant l’ouverture des portes.  Nous ne voulions pas faire comme certains, et aller là-bas trop longtemps d’avance…avec nos enfants.

J’ai attendu environ une heure avant d’entrer dans l’édifice.  À ce moment, j’ai appelé ma conjointe et elle est venue me rejoindre avec les enfants.

Une fois à l’intérieur, la file avançait très rapidement.  Si bien que l’autre heure attendue a passée très rapidement.  Somme-toute, c’était bien organisé.

La piqure s’est bien déroulée, on nous a clairement expliquer en quoi consiste le vaccin, la procédure et les effets secondaires à prévoir, et PIC! voilà c’est fait.  On passe au deuxième enfant, PIC! c’est fini.  Il ne reste qu’à attendre 15 minutes.

Dans la salle d’attente, Clopin le clown amusait les enfants.

Ce soir nous n’observons aucun effet néfaste du vaccin, et nous sommes convaincu d’avoir pris la bonne décision en faisant vacciner nos enfants.  Dans 10 jours, ils seront immunisé contre la maladie.

Notre première gastro

Benjamin, Édouard, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

J’ai pris un peu de retard dans mes billets, mais voici quand même une mésaventure qui vaut la peine d’être consignée dans mon blogue.

Peu après Pâques, nos deux garçons ont attrapé la gastro.  Lorsqu’on fait le décompte, deux garçons pour qui ça sort par les deux bouts, ça fait quatre bouts à soigner!  On rit, mais ce n’est pas drôle.  Je revois encore Benjamin (alors âgé de 10 mois), baignant dans vous savez quoi, humecté de la tête au pied.  “Chérie, j’vais avoir besoin d’aide!”, disais-je à ma conjointe.  Une première fois est suspect, mais non alarmant.  Lorsqu’à sa deuxième sieste le même scénario se produisit: “Ça y est, il l’a pogné!”.

Comme c’était la première fois que cela nous arrivait, nous ne savions pas trop comment gérer la situation.  En cas de doute, on se tournait vers l’ouvrage “Mieux vivre avec son enfant” (qui est fourni par l’État), ou encore info-santé.  Parlant d’info-santé, j’ai dû appeler là des dizaines de fois, répétant l’historique à chaque fois ou prèsque.  Ça vient qu’on la connait l’histoire.   D’ailleurs, on se gardait un journal de bord pour avoir une vue objective des événements (je vous le conseille).  C’est beaucoup plus facile de répondre aux questions des infirmiers/infirmières. Fin de la parenthèse.

Lorsque ce fut confirmé pour Benjamin, nous voulions éviter de contaminer Édouard, le plus vieux.  La journée a passé, et il ne se sentait pas malade.  “Ouf!”, se disait-on.  Mais vers les 21h00, on entendit tousser dans le moniteur, puis des pleurs (assez inhabituel pour Édouard).  “Bon, ça y est!”.  En allant dans sa chambre, tout de suite, l’odeur nous a fait prendre conscience que lui aussi l’avait attrapé.  Un autre beau dégât dans le lit.  Édouard qui nous dit :”Moi là, j’ai vomi dans mon lit”.  Nous étions désormais en situation de crise.

Vite, allons chercher de la solution électrolyte, plus que moins, on ne sait jamais.  Nous avons passé une belle nuit blanche.  Deux enfants qui se vident les boyaux, ça fait des dégâts, je vous le dis.  Nous faisions de notre mieux pour nettoyer avec une solution à base d’eau de javel.  Les expressions : “Ça sort!”, et “Vite, va chercher une débarbouillette”, se sont vite encrées dans notre quotidien.

Pauvres petits, à cet âge-là, ça fait pitié d’être malade.  Nous avons passé comme ça 6 jours interminables et éprouvants, tant moralement que physiquement.  Ne sachant pas toujours quoi faire, ayant à composer avec les myriades de recommandations parfois contradictoires du personnel infirmier.

Édouard est allé deux fois à l’hopital.  La première fois, parce qu’il montrait des signes de déshydratation, la seconde fois, parce qu’il était rendu faible et qu’après 5 jours, tu commences, en tant que parent, à avoir hâte que ça finisse et tu cherches un “short-cut”.  Les deux fois il n’ont rien fait vraiment qu’on ne faisait pas déjà. Il ont essayé de prendre une prise de sang à Édouard, mais sans succès.  Cette expérience va sûrement le marquer pour le restant de ses jours.  Je ne m’étonnerais pas qu’il ne veuille plus aller à l’hôpital.

Pour ce qui est de l’accessibilité aux soins de santé, c’est toujours la même histoire.  Je vous dirais par contre que cette fois-ci, nous n’avons pas attendu longtemps à l’urgence (l’infirmière au triage a contourné le système et a utilisé son jugement, je lui en remercie!).  Nous avons été bien traité, sauf pour la maudite piqure manquée.

Dans ma tête, l’urgence, c’est le dernier recours.  En principe, on devrait parler à notre médecin de famille, et si non disponible, aller dans une clinique sans rendez-vous.  Sauf que, quand tu appelles ton médecin, sa secrétaire dit toujours:”Elle n’est pas là, avez-vous essayer une clinique sans rendez-vous?”, et lorsque t’appelle à une clinique, ils te disent:”Est-ce que vous avez un médecin de famille ? vous devriez aller le/la consulter”.  Donc, ça finit que t’es obligé d’aller à l’urgence, parce que les deux autres se lancent la balle.

Somme-toute, une expérience qu’on ne souhaite à personne, mais qui en même temps nous prépare à affronter leur prochaine gastro.  Cependant, J’espère que ce jour sera le plus loin possible!

Quelle soirée!

Benjamin, Édouard, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

J’aurais bien aimé vous dire que je suis allé à mon souper de finissants de cégep ou encore que je suis allé voir un spectacle de Jazz, mais non, rien de tout cela n’est arrivé.  Voici donc ce qui s’est passé.

Vers les 17h, notre plus jeune, Benjamin, s’est réveillé de sa sieste tout congestionné.  Il avait peine à respirer par moments.  Nous avons essayé de mettre de l’Hydrasense, mais cela ne fonctionnait pas.  On dirait que ça empirait les choses même.  Nous avons aussi essayé la poire, mais on ne réussissait pas à atteindre le morceau.

En le changeant de couche, Benjamin a craché un morceau de “bave épaisse”, sûrement du mucus.  Là on s’est dit, on ne peut pas laisser cela comme ça, il faut avoir l’avis d’un professionnel.  Ma blonde appelle le 811 (Urgence santé) et explique la situation à l’infirmière.  Elle nous dit que l’on ferait mieux de consulter si ça se poursuit.  Nous anticipons déjà une belle nuit blanche, alors on se dit, si ça recommence, on ne prend pas de chances et on consulte.

Lire la suite »

Retour au boulot

Benjamin, Édouard, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Après 5 semaines de congés payés par les contribuables québécois (dont moi), je vais retourner au travail ce lundi 7 juillet.  Je dois dire que j’ai bien profité de ces semaines pour m’occuper de ma petite famille.  Notre deuxième enfant se porte très bien et ne nous donne pas grand misères.  Pour sa part, le plus vieux fait de petites crisettes de temps à autres… c’est normal, il approche l’âge redoutable de 2 ans.  Ce congé signifie aussi plus de temps avec ma conjointe que j’adore.

Avec deux jeunes enfants, ça passe vite 5 semaines!  Les tâches ménagères s’ajoutant à la gestion des enfants, je peux vous dire que ça fait des journées et des nuits bien remplies.  Des fois, on prend le temps de relaxer, mais les occasions sont plutôt rares.  Édouard continue d’aller à la garderie les jours de semaines, mais il y a tant de magasinage et de choses à faire, que la journée passe comme un coup de vent.

En tout cas je suis bien content d’avoir eu ce congé.  Doit-on pour autant remercier le gouvernement Charest pour nous avoir imposé le Régime d’Assurance Parental ? hmmm… c’est un autre débat.

Le compte à rebours est commencé

Benjamin, Vie personnelle, écrit par Ralphy 1 Comment »

Ma conjointe attend notre deuxième fils pour le 29 mai.  Nous entamons les préparatifs pour accueillir ce petit garçon qui va faire son entrée dans notre monde.  Depuis quelques jours déjà, je me revois faire des gestes, je revis des situations que nous avions vécus avec Édouard.  Je me dis:”pour dire que l’on va refaire ça!”.

Nous allons faire sécher un deuxième petit nombril, nourrir un deuxième petit bonhomme, passer des nuits avec très peu sommeil pour la deuxième occasion, faire rire un deuxième petit bambin, jouer, apprendre à marcher, à parler une deuxième petite personne.  C’est spécial quand on y pense.

Je suis rempli de bonheur et je me dis que la vie est belle.