Les cyclistes sur les voies rapides

Les fils se touchent, Régional, Société, écrit par Ralphy No Comments »

L’été est déjà bien installée: la température est agréable, les vacances s’en viennent, tout le monde fait plein d’activités dehors, bref les gens sortent de leur torpeur hivernale.

Un phénomène cependant me dérange, car il met en danger les gens qui y prennent part.  Il s’agit des cyclistes qui utilisent les voies rapides, par exemple les boulevards achalandés, comme des pistes cyclables.

À chaque fois que je dépasse un cycliste sur le boulevard, je dois me tasser vers la gauche, laissant moins de place à l’automobiliste à côté de moi.  Je dois surveiller les cyclistes, qui avouons-le ne sont pas tous des experts, et souvent ils zigzaguent lorsqu’ils regardent dans leur rétroviseur.  Souvent aussi, il ne respectent pas les règlement de la sécurité routière, pourtant ces lois s’appliquent à eux aussi.

En somme, ça me met en maudit.  Qu’est-ce que vous faites là?  Allez-donc dans les vraies pistes cyclables.  Elles sont belles, aménagées et entretenues spécialement pour vous.  Vous n’avez pas d’affaires à longer les boulevards où la circulation est rapide et dense.

Après cela, les organismes comme Rimouski ville cyclable ont de la misère à justifier l’ajout de nouvelles pistes cyclables, car de toute façon, il y toujours des zinzins qui roulent là où ils ne devraient pas.  On se dit, à quoi bon payer des pistes pour eux, ils ne s’en servent même pas !

À chacun sa voie s.v.p.

Les colons sur la banquise

Les fils se touchent, Régional, écrit par Ralphy No Comments »

À Rimouski, on a eu du temps doux, et le fleuve a dégelé.  Malgré cela, des gens prennent encore le risque d’aller sur la banquise pour pêcher les petits poissons.  Non mais, comment appeler cela autrement que par le terme “colons” ?  Il n’y a que le mot “colon” qui capture la stupidité, l’insouciance, et le non respect des règles (car une barrière de sécurité a été érigée!).

À ma connaissance, les services d’urgence en ont repêché à deux occasions!  Pour ma part, je leur enverrai la facture!  La première fois, le branle-bas de combat a causé la fermeture d’une voie dans le boulevard aux cinq noms.  La deuxième fois, je ne sais pas, mais je crois que c’était les mêmes personnes.

Est-ce que cette activité vaut vraiment que l’on risque sa vie pour y participer ?  Ces personnes téméraires n’y ont certainement pas songé.  Ne pensant qu’à faire leurs fanfarons, ils bravent les éléments, se pensant invincibles ou quelque chose du genre.

C’est bien beau de prendre des risques, et si c’est gens se retrouvent en fâcheuses positions, c’est bien leurs problèmes.  Mais non! La société paie encore pour sauver leur vie, et c’est précisément cela qui me choque.  Laissez-les donc caler au fond!

Histoire de crampes menstruelles

Les fils se touchent, Société, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Tantôt je vais au dépanneur pour aller chercher du lait, et lorsque j’arrive pour payer, je donne mes cartes, et soudainement la fille au comptoir se pogne le ventre.  Je pitonne mon NIP, elle continue de se plaindre de crampes au ventre.  Ensuite elle dit:”Ah, j’ai des maux de ventre!”.  Alors, je rétorque en terminant la transaction: “Bonne soirée, soignez-vous bien!”.

Elle répond:”ça doit être des crampes menstruelles!  ça fait mal”, et elle se plie en deux sur le comptoir.  Avec le sourire, je répond:”C’est la vie!”

Tout cela pour dire que j’avais pas besoin de savoir que c’était des crampes menstruelles, mais ça m’a fait rire quand même.  C’est un concept de service à la clientèle : le principe du “en scène, hors scène”.  Quand vous travaillez, vous êtes “en scène” et vous devez vous garder de donner des détails qui n’ont pas vraiment rapport avec le travail.

L’autre exemple c’est, l’autre fois, dans un restaurant, on se fait accueillir par la serveuse :”Bonjour, vous allez bien?”.  On répond:”Oui, et vous?”.  Elle termine en disant:”Ça pourrait aller mieux!”.  Errr! Mauvaise réponse!  On n’a pas d’affaire à savoir ça ;-)

À vous de jouer, avez-vous des exemples à donner du concept “En scène, hors scène” ?

EN Disadvantage of globalization ; ES Desventaja de la globalización ; FR Inconvénient de la mondialisation ; DE Nachteile der Globalisierung ; RU Недостатки глобализации

Consommateur averti, Les fils se touchent, Vie personnelle, écrit par Ralphy No Comments »

Malgré tous ces bénéfices, il reste que la mondialisation n’est pas parfaite, n’a pas que des avantages.  L’année passée ont a dû s’habituer à des produits qui venaient prèsqu’exclusivement de Chine.  C’est encore le cas cette année, et cela ne représente pas un inconvénient en soi, mais bien la réalisation du processus d’enrichissement de cette société.

Je parle plutôt dans ce billet d’une chose qui m’agace énormément lorsque j’achète un produit commercial (surtout dans le domaine de l’électronique, il va s’en dire) :  les manuels multi-lingues.

Ces manuels ont comme principale caractistique d’afficher leurs textes dans toutes les langues populaires (quelques fois plus de dix), et ce, sur chaque  page.  Un petit symbole à côté de chaque phrase pour indiquer la langue : FR, par exemple, pour Français.

J’ai rarement vu quelque chose d’aussi difficile à suivre et d’aussi agaçant.  Il me semble que ça serait mieux de faire une section par langue, non ? ça prendrait le même espace, et ça serait beaucoup plus lisible.

J’ai rencontré ce genre de manuel plusieurs fois pendant le temps des fêtes, période où l’on se donne des cadeaux.  À chaque fois, ça vient gâcher le plaisir que l’on a d’utiliser une nouvelle bébelle.  On s’exclâme :”Voyons, yé où le français là-dedans!”.

J’espère que les compagnies vont s’adapter et offrir des guides d’utilisateurs mieux structurés!

Le gars de la chronique Web

à la légère, Les fils se touchent, écrit par Ralphy No Comments »

Ma copine et moi nous faisons un plaisir malsain que de critiquer comment cette personne en manque de valorisation s’habille mal pour passer à la télé.  C’est le genre p’tit vendeur dans un magasin à grande surface, le p’tit joe connaissant qui essaie de vous vendre un bidule dont vous n’avez pas besoin.  Style de gars qui vient de finir un cours “bootcamp” de 3 jours et qui pense qu’avec ça il va réinventer le monde.

Les chemises à manches longues, et roulées par surcroît.  Des fois, c’est la cravate mal ajustée (volontairement), “slack” comme on dit en québécois.  Une chose est constante, c’est toujours de mauvais goût, et ça nous fait réagir à chaque matin.  Complètement pas sérieux.  Et c’est sans compter sa face de musaraigne.

Le pire, c’est que sa chronique web frôle l’inutilité.  En dehors de Youtube, ou de l’échange de photos, il n’y a pas grand chose.  Le plus souvent, il reprend des vieilles histoires qui ont circulé sur le web, que tout le monde savait, bref les sujets abordés sont désinterressants.  Il me semble que la situation était moins pire avant.  Il faut croire que le gars manque d’inspiration.  Pourtant, il y a plus sur le web de jours en jours.

Anyway, il nous fait rire, c’est au moins cela.

L’impôt sur les gains en capital

Les fils se touchent, Politique/Économique, écrit par Ralphy 3 Comments »

Je viens de faire produire mon rapport d’impôt, et cette année, parce que j’ai eu des gains en capital, je me fais ramasser par l’État tout puissant.  Je dois donc à l’Impôt (fédéral et provincial combiné) environ $2000 dollars.  Comment voulez-vous que je me sente encouragé d’investir dans l’économie ?

Ces temps-ci, on a de la misère a obtenir du rendement sur nos investissements et en plus, Robin des Bois vient nous voler le fruit de notre labeur, pour, non pas le donner aux pauvres, mais bien pour garnir ses grosses bajoues.  Le Gouvernement n’a pris aucun risque dans l’investissement; il se contente de ramasser une partie de mes gains, légalement bien sûr!

C’est pas grave, je suis “riche” donc, on a le droit de me voler?  Quelle connerie!

Il faut absolument éliminer la taxe sur les gains en capital, sans quoi, nous demeurerons une société qui pénalise ceux qui veulent améliorer leur sort et qui ont pris des risques pour y arriver.  On dirait que l’État a oublié comment on crée la richesse.  Encourager l’investissement en est une pierre angulaire.

La “réforme” scolaire du Québec

Les fils se touchent, écrit par Ralphy 1 Comment »

La rentrée scolaire nous rappelle que la réforme est encore là… 

Je trouve assez incroyable que cette réforme tant démolie par les enseignants n’ait pas été un enjeu électoral.   S’il y a une chose importante pour une société, c’est bien d’avoir des gens bien formés!  La règle générale veut que plus tu es scolarisé, plus tu as de chances de faire quelque chose de bien dans la vie.  En tout cas, moi je le vois comme ça.  Les métiers de pointe bien payés demandent très très souvent des études sérieuses dans le domaine convoité.

Et c’est là qu’interviennent nos bureaucrates bien pensants.  Ils sont tellement dans les vaps, qu’ils n’ont pas besoin de pelles pour pelleter des nuages!  Il font ça de manière conceptuelle et nous produisent un rapport sur comment on devrait idéalement dégager des masses d’eau évaporées.

Des fois je me dis:”Trop réfléchir, c’est comme pas assez réfléchir!”.

La réforme est tellement déconnectée de la réalité de l’enseignement qu’elle décourage le corps professoral.  Des professeurs n’ont d’autres choix que de développer une sorte d’indifférence face à ces nouvelles méthodes d’enseignement.  Des enseignants moins engagés produisent des étudiants moins stimulés, et les résultats vont aller de pair.  Donc, au lieu d’écouter les professeurs qui ont les mains dedans, comme on dit, les fonctionnaires tentent d’imposer leur super nouvelle méthode révolutionnaire et cela abouti à encourager la médiocrité en fin de compte.

Cela est un autre exemple du proverbe qui s’applique tellement bien à la classe politique:”L’enfer est pavé de bonnes intentions!”.

Qui est derrière la réforme?  La Marois!  J’espère que vous vous en souvriendrez!