La rentrée scolaire nous rappelle que la réforme est encore là… 

Je trouve assez incroyable que cette réforme tant démolie par les enseignants n’ait pas été un enjeu électoral.   S’il y a une chose importante pour une société, c’est bien d’avoir des gens bien formés!  La règle générale veut que plus tu es scolarisé, plus tu as de chances de faire quelque chose de bien dans la vie.  En tout cas, moi je le vois comme ça.  Les métiers de pointe bien payés demandent très très souvent des études sérieuses dans le domaine convoité.

Et c’est là qu’interviennent nos bureaucrates bien pensants.  Ils sont tellement dans les vaps, qu’ils n’ont pas besoin de pelles pour pelleter des nuages!  Il font ça de manière conceptuelle et nous produisent un rapport sur comment on devrait idéalement dégager des masses d’eau évaporées.

Des fois je me dis:”Trop réfléchir, c’est comme pas assez réfléchir!”.

La réforme est tellement déconnectée de la réalité de l’enseignement qu’elle décourage le corps professoral.  Des professeurs n’ont d’autres choix que de développer une sorte d’indifférence face à ces nouvelles méthodes d’enseignement.  Des enseignants moins engagés produisent des étudiants moins stimulés, et les résultats vont aller de pair.  Donc, au lieu d’écouter les professeurs qui ont les mains dedans, comme on dit, les fonctionnaires tentent d’imposer leur super nouvelle méthode révolutionnaire et cela abouti à encourager la médiocrité en fin de compte.

Cela est un autre exemple du proverbe qui s’applique tellement bien à la classe politique:”L’enfer est pavé de bonnes intentions!”.

Qui est derrière la réforme?  La Marois!  J’espère que vous vous en souvriendrez!