C’est en regardant une vidéo TED sur le projet “Big History” que l’idée m’est venue.  Cette vidéo est une présentation expliquant le sujet de recherche de ce projet.  On y parle de la naissance de l’univers, des premiers atomes, molécules, cellules, etc. pour se rendre jusqu’à aujourd’hui, et cela, en passant par l’évolution des espèces vivantes.  C’est drôle combien le fait de voir se dérouler sous nos yeux l’évolution de l’univers mets en perspective notre état actuel.

On y parle du principe d’entropie croissante de l’univers.  C’est-à-dire que l’univers devient de plus en plus complexe.  En effet, si l’on accepte le Big Bang, au tout début, l’univers était assez simple : disons de l’énergie.  Qui plusieurs milliers “d’années” plus tard, a donné naissance aux premiers atomes.   Des étoiles composées d’hydrogène en fusion ont explosée et cette grande quantité d’énergie a donné naissance à d’autres type d’atomes relâchés dans l’univers.  Sans tout reprendre l’histoire dans ses moindres détails…  des systèmes solaires ont été formés, certaines planètes avaient des conditions idéales pour augmenter la complexité de l’univers et donner naissance à des molécules, cellules, et bientôt, des êtres capables de se reproduire.

On dit aussi que chaque étape, ou niveau de complexité, est plus difficile à atteindre que le précédent.  Il serait donc aussi plus fragile et s’appuie sur le niveau précédent.  L’ingrédient secret pour l’atteinte de ces niveaux de complexité est le temps.  En effet, il est peut probable de créer une molécule complexe en agençant au hasard des atomes simples qui virevoltent dans un espace.  Par contre, attendez des milliards d’années et avec suffisamment de matière, vous obtiendrez ce que vous voulez.  C’est un peu comme ça que l’univers tel qu’on le connaît s’est formé.

Mais mon idée dans tout cela…  Alors j’étais rendu à visionner la fin de la présentation et on dirait que je me suis projeté dans le futur.  Vers quoi tendons nous en tant que partie intégrante de l’univers ?  Quel pourrait bien être le niveau de complexité supérieur que nous pourrions atteindre ?  Et là, j’ai regardé qu’est-ce que les hommes font, d’un point de vue macroscopique:  ils innovent en créant des outils, des machines, qui elles-mêmes peuvent construire d’autres éléments encore plus complexes.  Nous repoussons sans cesse notre connaissance de l’univers et à chaque fois nous réalisons que notre ignorance est encore plus grande.  Ici, je prend l’homme car évidemment, c’est l’espèce la plus avancée en matière d’abstractions que je connaisse ;-)  c’est l’horizon de ma pensée.  On pourrait même présumer que d’autres espèces ont déjà franchis ce stade mystérieux.

Nous avons en nous cette aspiration : outre celle de survivre, celle de devenir meilleur.  On le voit dans les racines de notre passé:  les religions tentent tant bien que mal et chacune à leur façon, d’expliquer l’être humain, de décrire le prochain stade d’évolution de l’univers.  Certaines religions décrivent comment nous transmettons nos connaissances d’une génération à l’autre (ingrédient essentiel pour l’évolution), comment nous “naissons” de nouveau dans d’autres personnes qui descendent de nous.  On parle ici de réincarnation.  Certaines doctrines s’attaquent au fait que nous sommes composées d’atomes et qu’à notre mort, nous retournons d’une manière différente dans l’univers et les atomes qui nous composent permettent de faire évoluer l’univers (métempsycose, métensomatose).  D’autres parlent plus d’une vie unique, mais qui est appelée à se transformer après notre mort vers une vie spirituelle (résurrection).  Nous élaborons bien sûr des concepts pour ficeler toutes nos théories (“l’âme” par exemple).  Finalement, certaines personnes ne se cassent pas le coco et prétendent qu’il n’y a rien, tout simplement.  Et si tout ce beau monde avait raison ?  et si toutes ces choses étaient vraies en partie?  Cela est possible car ce que ces croyances tentent d’expliquer n’est que partiel, et que les parties ne se croisent pas beaucoup d’une religion à l’autre.  C’est comme si plusieurs personnes voyaient le même évènement, mais lors de la rédaction du rapport de police, chaque personne mettait l’emphase sur une partie différente de l’événement et que chaque personne prétendait à la fois avoir décrit tout l’événement.

Alors voilà mon idée: et si l’être humain était capable, à la force de son génie créatif, d’accéder à un niveau supérieur, de se virtualiser, de se rendre indépendant de la matière pour accéder à une forme de vie après la mort?  Et si l’être humain avait suffisamment de connaissances pour recréer une personne pensante, faire une copie virtuelle d’une personne.  Pour les fins de mon explication, cette copie résiderait dans une machine bien physique composée d’atomes de l’univers, par contre, elle n’aurait pas les limites actuelles du corps humain physique, elle serait en somme éternelle.  Tout cela n’est bien sûr que ma fantaisie d’informaticien, mais je trouve quand même l’idée élégante.

Se pourrait-il alors que les élus de la Bible judéo-chrétienne, seraient ces gens qui ont profité de cette technologie hypothétique?  Nous, mortels, n’aurions pas d’espoir d’atteindre ce stade, mais nos descendants finiraient par l’avoir.  Le sens de notre vie serait alors de faire de notre mieux pour nous perfectionner en tant qu’espèce humaine, de contribuer pour sauver notre espèce de l’extinction (conscience sociale, faire le bien et non la guerre) afin que le prochain stade de complexité soit atteint.

L’univers aurait en somme, accouché d’êtres éternels, dans les limites spatio-temporel de l’univers.  Car on dit que l’univers prend de l’expansion et se refroidit tranquillement, et est vouée à la noirceur… à moins qu’il n’y ait un autre stade de complexité pour en faire abstraction.