Ma blonde et moi étions allé à l’Hôtel Rimouski pour aller souper, et prendre un petit verre au bar adjacent avant le repas.  L’hôte nous a gentiment prévenu qu’il y avait au bar un rassemblement de libéraux et nous demandait si cela nous dérangeait.  Stéphane Dion était juste à l’étage supérieure de l’hôtel et s’apprêtait à donner une entrevue à la SRC.  Le timing parfait quoi!

Ma blonde et moi discutions de tout et de rien.   Le barman changea de poste à la télévision pour diffuser l’entrevue qui débutait.  C’était le silence dans la salle, tous écoutaient parler Stéphane.  Ça nous faisait rire…  Comme nous nous sentions pas vraiment concernés par ce cirque, nous avons vite repris la conversation.  Un changement de sujet s’imposait évidemment, et nous avons commencé à parler politique, et à rire un peu du discours de Stéphane.  Ne prenant pas au sérieux ce qui se passait, nous nous disions que tous les partis politiques font à peu près la même chose, c-a-d, tenter de séduire l’électorat.  Par contraste, c’était vraiment comique  de voir combien les sympathisants libéraux, eux, prenaient au sérieux chaque mots, chaque phrases qui sortait de la bouche de Stéphane.  On aurait dit quasiment une gang de chum pendant une game de hockey : “HOOO….. ça c’est bien dit!”, etc.  Cela alimentait nos propres commentaires et justifiait notre propos.  Ma blonde lâchait quelques commentaires à haute voix en riant, et je lui disais : “chut chut pas trop fort” !,  en riant tout autan.  J’avais peur d’attirer le trouble, mais en même temps, j’approuvais ce qu’elle disait.  Entre autres, nous nous sommes fait plaisir à nous rappeler le coup d’état que Stéphane avait organisé et de la vidéo amateur de sa déclaration…. mémorable!

Après il a descendu en bas pour rejoindre la gang au bar.   Nous nous sommes à peine retournés pour le voir arriver.  Par contre, ses disciples l’ont accueillis en véritable héros, le MVP de la soirée !  Tous allaient lui serrer la main pour tenter de lui parler, et en même temps, Stéphane faisait le tour du bar pour assurer une couverture maximale à son influence.  Une foule déjà convaincue, sertes, une petite soirée facile pour lui.  Je dirais même…. je ne sais pas si c’est par snobisme, par peur ou par esprit de groupe, mais nous avons reconnus une personne dans l’attroupement, et cette dernière ne nous a même pas dit bonjour!  Les fidèles avaient-ils tous été charmés de la sorte ?

Toujours est-il que notre couple faisait bande à part dans l’établissement… à un moment, nous avons sentis la proximité avec la personnalité publique.   Normalement, je me serais retourné pour dire bonjour et engager la conversation (j’ai un côté groupie assez fort!).    Mais là, comme s’était un libéral, je me suis dit, non merci !

Aussitôt le bain de foule terminé, Stéphane disparu de la salle, entraînant avec lui ses militants.  Nous avions aussi fini notre verre, alors c’était le temps d’aller souper…

Plus tard dans la soirée, toujours pendant notre souper, je me posai la question et la posa ensuite à la serveuse :”Est-ce que Stéphane est reparti déjà?  Ne veut-il pas descendre au restaurant pour souper ?”.  L’hôtesse de me répondre: “Stéphane prend son repas dans un salon privé au deuxième avec quelques militants”.

“Ah! “, disais-je à ma blonde d’un ton sarcastique, “un vrai gars du peuple! Un vrai politicien transparent qui tente de limiter ses dépenses et de maximiser ses contacts avec le vrai monde :-)”.  Inspiré par la Commission Charbonneau, je me suis dit : “ils doit sûrement prendre le repas avec quelques entrepreneurs locaux!”